Devant l'épidémie de Covid-19 qui sévit dans notre pays, pour éviter au maximum la contamination de la population, le centre restera fermé jusqu'au rétablissement d'une situation normale.

Seules les urgences sont assurées. Merci de nous contacter uniquement par Email sur secretariat@ophtalmo-gaillac.fr

Pathologies & Traitements


Dégénerescence maculaire

La DMLA est un vieillissement trop rapide du centre de la rétine (ou macula) le plus souvent après 50 ans. Des dépôts (ou drusens) s'accumulent sous la rétine pendant que des cellules rétiniennes (photorécepteurs et cellules de l'épithélium pigmentaire) disparaissent.

Les symptômes :
Ils sont absents pendant de nombreuses années, puis l'acuité visuelle diminue avec besoin d'un meilleur éclairage pour la lecture. À un stade plus avancé, une tache au centre de la vision apparait.

 

On distingue plusieurs stades :

 
Le stade précoce :
On ne parle pas encore de dégénérescence mais de maculopathie liée à l'âge (MLA) se caractérisant simplement par des drusens et/ou altération de l'épithélium pigmentaire. Elle ne donne pas de baisse de vision.

Les stades plus avancés :
La DMLA atrophique (encore appelée sèche ou non exsudative) est la forme la plus fréquente et la moins sévère. Elle ne donne des symptômes que lorsque les plages d'atrophie se rejoignent et touchent le centre de la macula. Il existe alors une baisse de vision.La DMLA exsudative (ou forme humide) est liée à la formation d'un néovaisseau (vaisseau se développant dans un endroit inhabituel). Pour des raisons mal comprises, ce néovaisseau provenant de la choroïde progresse sous la rétine, avec pour conséquence une baisse de vision plus ou moins rapide et des déformations (métamorphopsies).

Le diabète

Le diabète et ses répercussions rétiniennes sont une des principales causes de cécité dans les pays riches. La rétinopathie diabétique est secondaire à une occlusion des capillaires rétiniens occasionnant un manque d'oxygène (ischémie) pour les tissus. On distingue deux grands stades de rétinopathie : non proliférante et plus avancée, proliférante. Parallèlement peut se développer une maculopathie diabétique secondaire à une hyperperméabilité capillaire possible à n'importe quel stade de la rétinopathie. L'œdème maculaire qui en résulte est responsable de la baisse de vision centrale. On distingue l'œdème maculaire focal et/ou diffus.

Les symptômes :
La rétinopathie reste longtemps asymptomatique. Elle peut occasionner une baisse de vision plutôt brutale secondaire une hémorragie intravitréenne. Au contraire, la maculopathie donne une baisse de vision progressive surtout en vision de près, et ce à n'importe quel stade de la rétinopathie.

La myopie forte

La myopie correspond à un globe oculaire plus long que la moyenne. La forte myopie se définit au-delà de 6 dioptries. Il existe une sorte de mise en tension de la rétine pouvant avoir des conséquences notamment au niveau maculaire. On parlera alors de maculopathie myopique regroupant les trous maculaires, les rétinoschisis, des ruptures de la membrane de Bruch, les néovaisseaux.

Les symptômes :
Les complications maculaires occasionnent une baisse de vision surtout de près, parfois des déformations ou ondulations.

Les maladies héréditaires de la rétine

Ensemble de maladies pouvant toucher la rétine et/ou la macula.

Les dystrophies maculaires héréditaires :
Affections maculaires, en général bilatérale, survenant entre 10 et 30 ans. Les deux plus fréquentes sont la maladie de Stargardt et la maladie de Best.

Les symptômes :
Baisse de vison progressive avec gène dans le champ visuel central.

Occlusions veineuses rétiniennes (OVCR, OBVR)

Conséquence d'un ralentissement circulatoire dans les veines de la rétine, les occlusions peuvent toucher soit la veine centrale de la rétine soit des branches veineuses.

 

L'occlusion de la veine centrale (OVCR)


Les symptômes :
L'OVCR se manifeste par une baisse de vision, minime à majeure de survenue brutale. Les raisons de cette occlusion restent encore indéterminées, néanmoins on sait que l'hypertonie oculaire (glaucome) non traitée est le facteur de risque principal, auquel s'ajoute les facteurs de risques cardiovasculaires.Le diagnostic est établi par l'examen du fond d'œil.

On en distingue 2 formes: ischémique et œdémateuse. Toutes les deux peuvent occasionner un œdème maculaire.
 

L'occlusion de branche veineuse (OBVR)


Elle ne touche qu'une des branches de division de la veine centrale de la rétine.
Le facteur de risque principal est l'hypertension artérielle.

Les signes :
Il peut s'agir d'une gène dans une partie du champ visuel, d'une baisse de vision plus ou moins importante secondaire à l'œdème maculaire.
 

Les occlusions artérielles rétiniennes


Elles correspondent à une oblitération de l'artère centrale de la rétine (OACR) ou de branches artérielles rétiniennes (OBAR). Les causes sont dominées par les pathologies cardiovasculaires : hypertension artérielle, plaques d'athéromes carotidiens, etc. Les facteurs favorisants sont l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète, le tabac, etc.

Les symptômes :
L'aspect typique correspond à une baisse de la vision brutale, sans douleur ni rougeur. Fonction de la zone d'obstruction, il peut n'y avoir qu'une amputation partielle du champ visuel. Le diagnostic est établi par l‘examen du fond d'œil.



Notre site internet utilise des cookies pour réaliser des statistiques de consultations anonymes.
En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Pour plus d'information sur l'usage des cookies, cliquez ici.
OK